UNITED
ARTISTS
   FOR
   EUROPE

Manifeste

Par Bernard-Henri Lévy,
Simon de Pury et Thaddaeus Ropac

L’Europe est aux abois : la montée des extrémismes et des populismes, le retour des nationalismes de tout poil mettent à mal la grande idée d’un continent en paix - ils mettent en péril l’idée d’une communauté unie par sa culture et ouverte sur le monde.

Pascale Marthine Tayou, Fresque de craies L, 2015, Chalks, mixed media, 240 x 330 cm. Courtesy the artist and GALLERIA CONTINUA, San Gimignano / Beijing / Les Moulins / Habana, Photo by Veronica Tronnolone

Plus que jamais, l’Europe a besoin de repères et que l’on rappelle, non seulement son unité, mais son utilité. Plus que jamais, l’Europe a besoin que l’on montre qu’elle n’est pas qu’une idée bureaucratique et des directives émises depuis Bruxelles. Plus que jamais, il y a urgence à prouver que l’Europe c’est la libre circulation des idées, des personnes, des biens mais que c’est aussi - et on l’oublie trop souvent - un patrimoine artistique, esthétique et culturel, partagé.

L’Europe, c’est une terre de tout temps modelée par les arts. C’est le continent des déambulations dans les capitales artistiques, dans les musées. C’est le continent des promenades à la découverte de l’art antique, de l’art de la Renaissance, de l’impressionnisme, du Bauhaus et de Dada. L’identité européenne que nous partageons, de Dublin à Budapest, est aussi une identité artistique.

Or, à l’ère du dangereux repli nationaliste que nous connaissons aujourd’hui, on n’a pas assez donné voix au chapitre aux artistes, ces Européens par nature. Qui, en effet, de plus européen qu’un peintre ou un sculpteur – qu’il soit italien, tchèque, portugais, allemand ou suédois ? L’artiste est un voyageur, son œuvre se nourrit de ce qu’il découvre lors de ses pérégrinations, de ses retraites, de ses exils. À travers leur œuvre, les artistes ouvrent de nouveaux horizons au réel ; leur art ne connaît pas de frontières, pas même celle de la langue. Qui de mieux désigné, pour défendre l’Europe unie, que les artistes eux-mêmes ?

D’où cette idée lancée, aujourd’hui, par un intellectuel, un commissaire-priseur et un galeriste, sous l’égide de The Hexagon Society, une fondation britannique pro-européenne promouvant le dialogue européen par la culture.

D’où l’idée, conçue par tous trois, à ce moment charnière de l’histoire de notre continent, d’une exposition et d’une vente de charité d’un genre nouveau, au bénéfice de l’idée européenne, qui réunira des œuvres d’artistes de tous les pays d’Europe.

Les bénéfices de la vente, menée sous le marteau de Simon de Pury à Londres, fin mai 2019, seront reversés à une ONG luttant pour le droit des migrants à la dignité (Fondation Albert Cohen), mais aussi à deux grandes institutions culturelles internationales qui financeront une initiative en faveur de la jeune création contemporaine (Artagon) et un projet en lien avec l’héritage culturel européen (Europa Nostra).

La soirée sera aussi l’occasion de lancer un Appel des artistes pour l’Europe, signé par les plus grands artistes contemporains affirmant que, pour eux, l’Europe n’est pas un vain idéal et qu’ils s’engagent solennellement pour la défense de ce bien commun aujourd’hui menacé.

Bernard-Henri Lévy, philosophe et écrivain
Simon de Pury, commissaire-priseur
Thaddaeus Ropac, galeriste

Marina Abramović, Count on Us (Star), Chromogenic Print, 180x240cm (76 x 96 in), 2003, courtesy Marina Abramović LLC

Présentation de la vente

Cette initiative inédite se tiendra fin mai 2019 à Londres, pour proclamer l’importance de l’unité de l’Europe, l’attachement des artistes à l’idée européenne, à ses valeurs, à sa culture, et pour soutenir des projets à vocation humanitaire et artistique de dimension européenne.

Plus d’une trentaine d’œuvres dues aux plus grands artistes contemporains issus de tous les pays d’Europe seront réunies au catalogue et proposées à la vente.

L’exposition publique des œuvres aura lieu pendant une semaine en mai à Ely House, bâtiment historique du XVIIIe siècle situé au cœur de Londres et abritant la Galerie Thaddaeus Ropac. La soirée de gala sera suivie de la vente aux enchères des œuvres par Simon de Pury, peu de temps après le Brexit et au même moment que des élections européennes plus cruciales que jamais.

Seront présents lors de la soirée Bernard-Henri Lévy, Simon de Pury, Thaddaeus Ropac, les artistes signataires du manifeste United Artists for Europe et des personnalités du monde de la culture engagées pour l’Europe. Temps fort de la soirée, le manifeste des artistes unis pour l’Europe sera lu et proclamé sur scène.

Les bénéfices de la vente des œuvres seront alloués à trois entités et projets œuvrant pour l’idée européenne, chacun dans un domaine spécifique, mais tous liés à l’art et la culture : l’aide humanitaire à travers la Fondation Albert Cohen, l’héritage artistique européen grâce à Europa Nostra, le soutien à la jeune création européenne au travers d’Artagon.

United Artists for Europe se veut un événement de dimension européenne, au message engagé, réunissant les plus grands artistes contemporains et fondé sur l’attachement à une Europe ouverte et généreuse. Cette initiative dépasse le format habituel des ventes de charité : il s’agit d’un projet artistique dont la presse et les médias se feront les relais et qui servira de caisse de résonance pour un message d’espoir dans une Europe en pleine crise d’identité.

Simon de Pury (de Pury et de Pury)
Galerie Thaddaeus Ropac
Tancrède Hertzog & Léopold Legros (critiques d’art)
Sophie Wiesenfeld (Fondation The Hexagon Society)